[Portrait] L'ambulance des machines à coudre

Par Mousse le 7 avril 2021 dans Découvertes, Les bonnes adresses, Interviews

En Normandie, un drôle de véhicule sillonne les routes depuis le début de l'année. Au volant de cet ancien camion de pompiers, Dolorès se déplace au plus près des couturières pour réparer les machines à coudre. Nous avons voulu en apprendre plus sur cet atelier itinérant, qui propose un véritable service de proximité sur un territoire rural.


Comment ce projet est-il né ? Quel est votre parcours ?

J’ai été secrétaire comptable pendant 22 ans et j’avais besoin de changer d’horizon. La couture était une passion pour moi (je n’ai plus le temps maintenant) et le besoin de techniciens se fait sentir sur le territoire français. L’objectif est aussi de moins jeter ce qui est souvent réparable, c’est d’ailleurs une satisfaction pour moi quand une machine ressort de l’atelier "vivante".

Pourquoi avoir choisi un atelier itinérant ?

À l’origine du projet, je devais reprendre un magasin, mais ça n’a pas pu se faire pour diverses raisons. De toutes façons, même avec un magasin, j’aurais développé ce créneau. Nous avons tous aujourd’hui des emplois du temps chargés, et quand il n'y a qu'un seul technicien dans le département, il faut souvent se déplacer une fois pour emmener la machine, et une autre pour aller la récupérer. C’est un service de proximité souvent apprécié de la clientèle (parfois âgée et/ou peu mobile).

Le véhicule est pour le moins original ! Comment l’avez-vous aménagé ? Quels étaient vos besoins ?

L’aménagement intérieur, c’est moi qui l’ai fait. C’est relativement sommaire tout en étant pratique, il y a l’essentiel. J’ai confié l’électricité à un professionnel local.

Mon plus grand besoin, c’est la lumière du jour, d’où l'intérêt de ce véhicule avec ses grandes fenêtres. Je suis autonome en eau et électricité, et je peux donc réviser sur une journée des machines sans avoir besoin de me brancher au réseau. Le panneau solaire prend le relais quand ma batterie se vide.

Pour la décoration du camion, j’avais repéré une dessinatrice, l'Atelier d'Axbane, dont le dessin de machine à coudre me plaisait beaucoup, je l’ai sollicitée pour mon entreprise et elle a répondu positivement. Je suis très satisfaite de son travail, elle a été à l’écoute et c’est magnifique, d’ailleurs elle fait de très jolis dessins qui pourront embellir vos ateliers.


Dessin par l'Atelier d'Axbane

Combien de kilomètres parcourez-vous chaque mois ?

Je me déplace sur le département de la Manche et parcourrai environ 1500 kilomètres, quand mes tournées seront définitives. Pour le moment, j’attends encore quelques réponses de la part des communes et j’ai gardé des journées sans déplacements pour les plus grosses réparations. Lorsque la vie reviendra à la normale, je proposerai des journées aux associations de couture, à partir de trois machines (groupe de copines, associations, collectivités, famille), les gens pourront réserver leur journée.

Quels sont les outils indispensables ?

L’outil indispensable ? C’est la connaissance. Le reste, ce sont des outils basiques : tournevis, clés, marteau, huile, graisse.


Pouvez-vous nous décrire une journée type ? Quels types et combien d’interventions par exemple ?

Quand les clientes ont pris leur rendez-vous, si c’est une révision elles peuvent récupérer leur machine dans la journée. En revanche s'il est nécessaire de commander une pièce, je ramène la machine avec moi le temps de la recevoir puis de faire les travaux. Ensuite, je redépose la machine à la cliente suivant ma tournée.

Entre deux, je reçois au camion pour les achats d’aiguilles, canette ou pied de biche, mais aussi pour donner des petits conseils qui permettront d’en finir avec les légendes urbaines. Je cousais auparavant, et encore lorsque j’ai un peu de temps, ce sont donc des moments d‘échange sur une passion commune.

Concernant le nombre d'interventions, j’arrive pour l'instant à réviser trois machines au maximum, ça viendra avec le temps. Cependant je ne cherche pas la vitesse mais plutôt le résultat, j’aime réparer, je ne vends pas de machine par choix : quand je dis à une cliente que la machine n’est pas réparable, elle ne se demande pas en sortant si c’est pour lui en vendre une neuve ! Les voir partir en déchetterie me crève le coeur.

D'autre part, cela ne sert à rien d'accumuler, au risque de se laisser déborder car la demande est importante, d'autant plus depuis le confinement. Pour certaines clientes, la couture est une thérapie, les priver trop longtemps de leur machine c'est difficile.

Quel type de machine prenez-vous en charge?

Je prends toutes les machines à coudre familiales et les surjeteuses. Je me formerai sur les industrielles quand j’en aurai l’occasion.

Est-ce qu’il y a des limites, des contraintes avec le camion?

Pour le moment, je n’ai pas été limitée, il faut juste prévoir une place suffisante pour se stationner mais jusqu'ici je n'ai pas rencontré de souci.

Pardon pour le cliché : on va depuis longtemps chez le réparatEUR, mais force est de constater sur les groupes de discussion que les échanges se font essentiellement entre professionnELLES. Quelle est la place des femmes dans ce métier ? Est-ce qu’on observe un changement ?

Oui, comme on va aussi chez le mécanicien, chez le médecin et chez le boulanger, et pourtant nous rencontrons de plus en plus de femmes dans tous les métiers. Aujourd'hui, ces barrières n’existent plus, je pense que demain nous irons toujours chez le réparateur de machine à coudre et pourtant la nouvelle génération est très féminine.

Je dirais même qu’à l’avenir, il y aura plus de femmes que d’hommes. C’est bien connu, nous sommes plus minutieuses que ces messieurs, et dans ce métier ça a son avantage, cependant nous galérons certainement plus sur les vis ou écrous récalcitrants ! Je dis moi-même mes clientes et pourtant j’ai aussi des clients. Et en règle générale, les grands couturiers sont des hommes...

Ce métier semble susciter de plus en plus d’intérêt : comment s’y forme-t-on ? Existe-t-il des formations académiques ou le savoir-faire est-il uniquement transmis par les professionnels ?

Il n’existe plus aucune formation académique, j’ai passé énormément d’appels et peu de techniciens ont accepté de me prendre en stage, car je suis une future concurrente évidemment. Mais je n’ai rien lâché. Des collègues ont accepté de me prendre en stage, j’ai traversé la France en long, en large, et en travers pour me former au mieux et je continuerai pour évoluer.

Je remercie d’ailleurs mes maîtres de stage, pour leur accueil, leur partage, leurs connaissances indéniables, ce sont des encyclopédies de la machine à coudre, c’est un plaisir de rencontrer des gens avec un réel plaisir à transmettre leur savoir.


Quelles sont les qualités indispensables selon vous pour se lancer?

Ne pas avoir peur de se remettre en cause, la connaissance s’acquiert tous les jours car il y a énormément de modèles sur le marché. Pour le moment je n’ai pas eu deux fois la même machine ! Même si le principe reste le même, il y a toujours des petits changements suivant le modèle, mais c’est aussi le côté positif du métier.

Quelle est la panne la plus fréquente ? Et la pire bourde de couturière ?

C’est souvent un manque d’entretien, ou de révision, ou de mauvaise utilisation.

Quant à la bourde la plus fréquente, c’est soit le manque de lubrification, soit de prendre sa machine à coudre pour une salade et de trop lubrifier. On en profite pour rappeler qu'il ne faut utiliser QUE de l’huile pour machine à coudre et pas d’huile d’olive, de tournesol, de crème solaire ou bien d’autre...

Quels sont vos projets pour l’atelier ?

Je cherche une formation pour proposer l’affûtage des ciseaux de couture à mes clientes.

Pour en savoir plus

Sa page Facebook pour connaitre les villes et dates où elle fait étape dans la Manche (50)

A propos de l'auteur : Mousse

Tous les articles
Vous avez aimé cet article?

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

 

Commentaires

papelhilo (il y a 1 semaine, 6 jours)

je suis admirative de la trajectoire de cette personne, se lancer dans une entreprise si inédite, dans laquelle il a fallu conquérir et les connaissances et les conditions de travail, c'est vraiment une aventure qui demandait du courage !

pierrinne (il y a 1 semaine, 6 jours)

très bonne idéeenlightened et super intéressant. Pourvu qu'il y en ait plein d'autres à venir.yes Merci

missumlaut-Kikoo (il y a 1 semaine, 6 jours)

Bravo ! Je souhaite beaucoup de succès à cette "urgentiste" d'une nouvelle sorte, car il y a un énorme besoin. Il est difficile de faire réparer une machine à coudre, les délais sont très très longs selon les endroits, et si les maitres ou maitresses de stages sont difficiles à trouver c'est peut-être en partie qu'ils sont débordés. 

En espérant que cette bonne idée fasse des petits, et qu'il y aie bientôt partout des réparatrices ambulantes qui viennent au chevet de nos chères machines. 

J'adore le petit lavabo sur pied :). 

CharliePop (il y a 1 semaine, 6 jours)

Mais quelle idée lumineuse! Cette période a ça de chouette qu'elle oblige à se surpasser et à se réinventer. Je suis admirative devant ce beau projet. Si cette dame pousse jusqu'à la Picardie, c'est avec plaisir que je ferai appel à ses services le moment venu! yes

Sylvaine (il y a 1 semaine, 6 jours)

Quelle bonne idée! Longue vie à cette petite entreprise!

kiki34 (il y a 1 semaine, 6 jours)

J'adore le concept, à développer partout en France!! Mon gentil réparateur vient de m'annoncer qu'il prenait sa retraite, sniff, je vais être perdue!!

Myriam ArbreMagique (il y a 1 semaine, 6 jours)

Bravo pour cette super initiative. J'habite a l'autre bout de la france mais sinon c'est sur que je serai cliente. Esperons que l'idée essaime.

emiliechat (il y a 1 semaine, 6 jours)

Et voilà, je regrette de ne pas habiter dans la Manche...

Sabine Kanto (il y a 1 semaine, 6 jours)

Nous sommes poussés dans le monde  de la globalisation et finalement la proximité reste ce qu’il y a de mieux.  Courage à cette personne et endurance. 

eliflo (il y a 1 semaine, 6 jours)

Un très joli concept! Je lui souhaite du succès dans cette belle initiative!

Cigale (il y a 1 semaine, 6 jours)

Vraiment très belle idée pour la réparation des MAC. En plus, le camion est très bien décoré ! Les réparateurs en boutique se font de plus en plus rares, en campagne, n'en parlons plus mais également dans les  villes. Dans le Gard, il y a sur un marché hebdomadaire une fille qui  vient en camion aménagé pour de la couture, de la retouche, quelques ventes de fournitures pour les couturières... C'est vraiment sympa. Les mercières deviennent RARES et PRECIEUSES ! Pourtant tellement utiles !crying

Liseli (il y a 1 semaine, 6 jours)

Chouette portrait! J'aime beaucoup l'idée de l'ambulance, longue vie à cette entreprise!

ptitgaelle (il y a 1 semaine, 6 jours)

Juste GENIALE !!! très beau concept :)

genov (il y a 1 semaine, 5 jours)

C'est génial ! J'espère qu'elle aura beaucoup de succès.

CC07 (il y a 1 semaine, 4 jours)

Très beau portrait, merci @ Mousse ! Comme beaucoup je fais une heure de route pour la révision de mes machines, un.e réparateur.trice itinérant est toujours une bonne initiative, et cela crée également du contact autde nos MAC...

elizaT. (il y a 1 semaine, 4 jours)

Ho super portrait. Et initiative géniale ! Le Calvados ne fait hélas pas parti du périmètre de travail c'est dommage....

Marrie (il y a 1 semaine, 4 jours)

Coucou !

oh quelque chose qui se passe dans la Manche !

Merci ! Super idée !

Britt (il y a 1 semaine)

Bravo à cette personne pour avoir créé de toutes pièces son atelier, tant pour sa formation que pour son outil de travail. Vous imaginez aussi l'impact écologique ? La possibilité de ne pas changer de machine certes mais aussi par ce système de réparation à domicile on évite une multitude de voitures qui se déplacent. Quand je suis allée à Grenoble pour faire réviser ma machine, des personnes venaient de Bourgoin, moi de l'Ardèche, une autre de la Drôme, chacun avec une machine. 

Quand j'étais enfant et ado, nous avions des commerçants qui passaient dans le village, jusqu'au marchand de vêtements, de chaussures. On essayait à la maison....

Si seulement les épiceries, bio si possible 😉, aussi faisaient des tournées...car le drive, c'est une voiture par commande. Un camion stationne dans deux ou trois endroits sur une commune.  Mais je rêve, de nombreux habitants sont absents la journée et font leurs courses en rentrant....en temps normal. Une personne de notre commune a ouvert il y 2 ans un camion de coiffure. Elle stationne par demi- journée ou journée entière sur différents points stratégiques éloignés des salons. Cependant des salons de coiffure il y en a à la pelle, sauf sur notre commune. Cela évite pas mal de déplacements de véhicules et si la coiffeuse sait s'adapter à tous les styles alors c'est idéal.

 

Jeanclaude_reparateurMC (il y a 1 semaine)

Dolorès est une battante, nul doute que son ambulance des machines à coudre deviendra rapidement un élément majeur chez les couturières de sa région.