[Manteaux etc.] Les boutons et boutonnières

Par SunShine le 6 janvier 2021 dans Techniques & tutos

Sur un manteau, les boutons sont immédiatement visibles et jouent un rôle et fonctionnel et esthétique. Les boutons mais aussi les boutonnières de nos vêtements, cousus avec soin et sur notre précieux temps, ne sont donc pas juste un détail de dernière minute.

Mais la forte épaisseur des tissus des manteaux rend quasiment impossible l'utilisation de notre pied à boutonnière (chéri ou honni selon les cas) pour obtenir de belles boutonnières. Et il est stressant de se dire qu'à cette étape, des boutonnières mal confectionnées vont gâcher tout le travail précédent. On peut donc choisir de coudre des boutonnières passepoilées ou bien de les broder à la main sur nos manteaux et vestes tailleurs.

La boutonnière passepoilée


source gauche / les boutonnières du gilet Oslo de Mimolette / celles de mon manteau camel

Les boutonnières passepoilées sont réalisées quasiment au début de la confection du manteau, une fois l'entoilage ajouté au devant et avant de coudre les parementures. Il faudra aussi créer les ouvertures correspondantes dans la parementure. Elles sont particulièrement adaptées aux tissus très épais mais ne s'effrangeant pas.

D'excellents tutoriels sont disponibles sur internet, voici deux exemples :

Et bien sûr, les étapes sont décrites dans de nombreux livres, dont mon chouchou Classic Tailoring Techniques - a construction guide for women's wear de R. Cabrera et P. Flaherty Meyers.

La boutonnière cousue à la main

Made by Hand- the great Sartorial Debate: Hand Made ...
A gauche, une boutonnière faite à la main (source) / et à droite avec milanaise (source) / de la milanaise (source)

 
Les boutonnières d'Augustin / Les boutonnières de Mirza / Les boutonnières de cette veste

Les boutonnières à la main sont cousues à la fin de la confection, une fois le manteau quasiment terminé, et aux travers de toutes les épaisseurs. Il faut un peu plus de matériel que pour les boutonnières passepoilées :

J'ai trouvé quelques images délicieusement désuettes pour montrer les étapes de la couture de la boutonnière et le positionnement du fil. 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/04/The_New_Dressmaker%2C_1921%2C_Ill._No._0230.png    File:The New Dressmaker, 1921, Ill. No. 0229.png         File:The New Dressmaker, 1921, Ill. No. 0227.png
la couture de la boutonnière ( à gauche, au milieu et à droite)

Les étapes sont les suivantes (sans la milanaise) :

Mais rien ne vaut un pas-à-pas ou une vidéo pour mieux comprendre :

Les boutons

Les boutons sont cousus après avoir fait un dernier repassage du manteau. J'utilise aussi le cordonnet de soie, en double, qui a été préparé à la cire. Pour les boutons à trous, il est conseillé de laisser environ 6 mm de "mou" pour créer une tige qui ensuite évitera trop de frottements sur le fil. Une fois les points cousus (entre 4 et six fils par trous), on enroule le cordonnet autour de la tige puis on fait quatre noeuds sous la tige.

 

Alors, quels types de boutonnières avez-vous choisis pour votre manteau ?

 

Source de l'image d'accueil wikipedia

A propos de l'auteur : SunShine

Tous les articles
Vous avez aimé cet article?

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

 

Commentaires

eliflo (il y a 1 semaine, 5 jours)

Merci pour cet article passionnant.  J'ai fait des boutonnières à la main il y a peu pour un gilet cousu en double épaisseur de laine fine pour ma petite fille.  Je n'étais pas totalement satisfaite mais ma fille si. Il me reste à tester les boutonnières passepoilées.  Ce sont celles que faisait toujours ma tante couturière 

 

missumlaut-Kikoo (il y a 1 semaine, 5 jours)

Pour moi les boutonnières passepoilées sont plus faciles à faire, sachant que passable me suffit. L'inconvénient c'est que ça ne va pas avec mon besoin de plein d'ajustements car il faut les faire avant de monter le manteau. Je me livre à toutes sortes de ruses pour ne pas avoir à faire de boutonnières. 

Tita (il y a 1 semaine, 5 jours)

Merci pour toutes ces ressources !

Les boutonnières passepoilées, c’est comme les crêpes : la première est toujours ratée ! Je fais au moins deux galops d’essai sur des chutes avant de taillader un manteau ou une veste, mais ça me donne quand même systématiquement des sueurs froides. J’ai bien envie d’essayer les boutonnières à la main. Va falloir un peu d’entraînement !

Ticchetetta (il y a 1 semaine, 5 jours)

Franchement pas convaincue par cet article. Je ne vois pas pourquoi faire une ouverture passepoilée sur un tissu épais serait plus facile qu'une boutonnière classique. Pour moi c'est le contraire !

 

clairem (il y a 1 semaine, 4 jours)

Article très intéressant. Je n’avais jamais entendu parler de milanaise. Je vais essayer de faire de belles boutonnières, ça changera !

SunShine (il y a 1 semaine, 4 jours)

@Ticchetetta peut-être que tu as une MAC de compétition mais je peux t'assurer que les miennes et celles des mes amies ou de ma famille ne font pas de belles boutonnières sur des tissus de plus de 1mm d'épaisseur. La boutonnière passepoilée est certes gourmande en temps mais plus large et donc plus à même de s'accomoder des épaisseurs du tissu.

@clairem la milanaise est tout à fait optionnelle, n'en trouvant pas dans les couleurs souhaitées, je fais généralement sans.

Sabine Kanto (il y a 1 semaine, 4 jours)

Les Boutonnières, c'est le stress au départ, mais avec mes machines Pfaff, je n'ai pas de difficulté à les réaliser même dans du tissu épais. Voir mon manteau " Red Coat" dans la galerie. Je dirais même que la boutonnière se bourdonne mieux dans du tissu épais que dans du fin coton ou soie, où là je serre très fort le fil de la canette.

Quant à la milanaise, le coton perlé ne peut-il le remplacer ?

Concernant les boutons, j'utilise un cure-dent entre l'envers du bouton et le tissu pour réussir à obtenir une queue que j'entrecroise de fil et le bouton tient debout. Sinon de boutons déjà avec une boucle.

Mousse (il y a 1 semaine, 2 jours)

Que ça passe sous une machine ou pas, merci pour cet article détaillé ! C'est toujours intéressant d'apprendre de nouvelles techniques. Quand le moment sera venu, j'y repenserai ! Je trouve ça plus joli en plus.