Le wax et la sape

Par LesFleursBleues le 10 juillet 2020 dans Mode, Découvertes

Le wax est à la mode, depuis presque 10 ans il est même incontournable, sur les podiums, dans l'ameublement et les accessoires et dans la rue.


Défilés 2018.

Il suffit d'explorer notre galerie pour se rendre compte de la quantité de projets réalisés dans ce tissu dont le nom évoque la cire, mais aussi les voyages et l'alliance de l'Afrique, de l'Asie et de l'Europe.

1. Le wax, c'est quoi?

Comme son nom l'indique, c'est un tissu 100 % coton dont les motifs sont faits en réserve de cire, selon le procédé du batik indonésien. C'est un procédé artisanal, traditionnellement indonésien.


Deux jupes bien différentes, par Saki et par Tasticottine

2. D'où vient-il ?

Contrairement aux idées reçues, le wax n'est pas du tout né en Afrique, mais aux Pays-Bas vers 1800. Les Hollandais proposent des tissus de coton imprimés en réserve de cire, destinés au public indonésien. Seulement, le procédé est imparfait, produit de petits décalages et les motifs proposés ne séduisent pas du tout les indonésiens. Les Hollandais proposent leur tissu en Afrique, et là, c'est le coup de foudre. Ce tissu, le wax, sera alors presque exclusivement vendu en Afrique, fabriqué… aux Pays-Bas et un peu au Ghana, toujours dessiné… aux Pays-Bas.

En 2015, c’est la maison de couture d’origine néerlandaise Viktor & Rolf qui collaborait avec le géant du Wax, Vlisco, avec des coupes similaires au « Kaba Cellulaire »

3. Alors africain ou pas ?

Avec ce coup-d'œil dans le rétro on peut se poser la question. Les motifs, aujourd'hui, sont africains, représentent des éléments de la vie quotidienne (le chasse-mouche par exemple) mais aussi politique et religieuse.

Mais les tissus que l'on trouve aujourd'hui sur les marchés et chez les vendeurs africains sont presque tous fabriqués en Asie, pour la plupart en Chine, recouverts d'apprêt sur un tissu imprimé auparavant. Le wax n'a souvent plus de cire que le nom. Le tissu est aussi de moins bonne qualité que les tissus hollandais, plus fragile, moins épais.

Le wax questionne aussi sur le signe d'appartenance qu'il véhicule : qui peut porter le wax ? Stella Mac Cartney s'est posé la question. Seuls les Africains ? Aujourd'hui tout le monde porte le wax.


Sur cette photo (l'article est éclairant sur les questions d'appropriation), le wax est un support militant, du parti politique RDPC du Cameroun.

4. Et la signification des motifs (autant savoir ce que l'on porte) ?

Pour cette question passionnante, je renvoie à la lecture du gros et richement illustré livre de Anne Grosfilley, qui a publié une anthologie bien nommée Wax and co, aux éditions de la Martinière. C'est à la fois une anthologie et une analyse.

5. Comment on l'entretient ? Comment on le coud ? Et l'apprêt, on s'en débarrasse avant de coudre ?

Gare au wax qui déteint ! D'abord faire tremper dans une solution vinaigrée, ajouter du gros sel. Et laver ensuite à 40°.

L'apprêt rend le tissu raide au début, il s'assouplit par la suite au fil des lavages. Le wax reste un tissu qui a beaucoup de tenue.

Vous trouverez plus de renseignements et témoignages ici.

6. Qu'est-ce qu'on coud avec du wax ?

On coud tout : des jupes, des robes, des chemises, des pantalons, des accessoires, on recouvre des fauteuils, on fait des sacs, la galerie regorge de réalisations absolument fantastiques !

Une des membres de T&N s'appelle La Waxeuse, et vous trouverez une foule d'inspiration (48 pages quand même) ici.


Jupe de Liseli, robe d'Althea

Pour aller plus loin :

Un article fouillé sur le blog de Deer and Doe
Un fil pour vous faire sourire ici

 

La photo qui vous accueille est une veste de Ginette, dans la galerie de T&N

 

A propos de l'auteur : LesFleursBleues

Tous les articles
Vous avez aimé cet article?

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

 

Commentaires

Nabel (il y a 1 mois)

Merci pour cet article très instructif ! J'étais complètement dans les idées reçues. Je m'endormirai moins bête. laugh

missumlaut-Kikoo (il y a 1 mois)

Merci pour cet article qui renvoie à de jolies réalisation variées. Vive la couleur ! 

J'ai cousu du wax bien longtemps avant que ça soit la mode pour les endives comme moi, simplement parce que ce tissu fin et serré était le meilleur rapport fraicheur/ décence dans un bureau au sud sans volets ni clim...Je ne suis pas très sûre de la qualité maintenant avec le wax d'origine chinoise : les tissus sont tellement glacés d'apprêt qu'on dirait du sucre. La réaction d'irritation identitaire des Africaines me semble compréhensible quand on regarde les podiums...Où sont les mannequins noires, ou même vaguement ambrées ? Mais maintenant, le tissu hollando-africain que je préfère c'est le bazin, à découvrir pour sa belle qualité de coton longue fibre et l'élégance de la texture damassée. 

greenismyhappycolour (il y a 1 mois)

Merci pour cet article ! Je n'y connaissais rien au wax.

Je n'en ai encore jamais cousu bien que j'adore coudre les cotonnades : je trouve le rendu chouette sur les autres mais sur moi, difficile de trouver un motif et des couleurs qui me plaisent ET qui me vont au teint.

J'avais vu des perfectos simples noirs ou gris, avec la doublure en wax (marque Saduwa, visible sur Instagram je crois) : superbe ! J'aime bien les robes du haut de l'article aussi, avec leurs formes assez simples.

Grenadine C (il y a 1 mois)

Merci pour ce sujet très intéressant, que je vais approfondir avec le joli livre que tu mentionnes ! Justement, je viens de coudre une jupe Fumeterre en Wax et je suis ravie de l'association du patron avec ce tissu un peu raide qui lui donne toute son allure. C'est un tissu non seulement beau, mais en plus facile à coudre, et qui fait son petit effet.

Ca me fait penser qu'avec mes amies de mon groupe de couture, nous avons eu récemment une discussion passionnante (initiée par ma jupe du reste) à propos du wax et de l'appropriation culturelle. L'une d'entre elles, bien qu'aimant beaucoup ce tissu, choisit de ne pas le coudre de crainte de blesser ou offenser des personnes d'origine africaine. Je n'ai pas le même raisonnement qu'elle (tout en comprenant très bien ses réticences), me disant que c'est au contraire une façon modeste de mettre en valeur et de promouvoir la culture de ce continent. C'est une sujet épineux mais je trouve intéressant de partager nos réflexions et points de vue sur ce sujet.